Tout l'immobilier en Île-de-France : Neuilly sur Seine, Asnières, Bezons, …. avec les Agents de l'Immobilier
28 Mar

Qu’est-ce qui déclenche un coup de foudre dans un bien immobilier à Boulogne-Billancourt ?

Vous vendez un bien immobilier à Boulogne-Billancourt ? Cela tombe bien, 2019 s’annonce une année immobilière prometteuse. Le printemps est également la période de l’année durant laquelle des millions de Français passent la porte d’un logement à vendre en quête d’une nouvelle vie.

Alors, qu’est-ce qui déclenche un coup de cœur ? Quel élément dans votre bien immobilier à Boulogne-Billancourt sera susceptible de faire la différence ? MeilleursAgents a mené l’enquête. Le site d’estimation en ligne s’est penché sur la manière dont  les Français abordent les visites immobilières, étape cruciale de tout projet immobilier.
Lors d’une visite immobilière, 54% des Français regardent en premier lieu l’état général du bien. Mais ce qui déclenche le coup de cœur, c’est la luminosité, qui arrive en tête (57% des propriétaires). Un critère encore plus important chez les femmes (62%). La surface du bien (6%) et l’absence de vis-à-vis (55%) font également consensus dans la prise de décision !

Le coup de foudre peut s’opérer différemment selon le genre…
En effet, les femmes sont plus sensibles à la cuisine (35% contre 27% des hommes) et à la présence d’un grand dressing (22% contre 12%). Tandis que le garage peut générer un fort enthousiasme chez les hommes (29% contre 21% chez les femmes).  À l’inverse, l’humidité du logement (66%) semble être l’élément le plus rédhibitoire dans l’achat, devant le prix (58%). C’est encore plus vrai chez les femmes à 70%. D’ailleurs, la quantité de travaux à effectuer freine plus d’une femme sur deux.

Vice caché, négociation possible du prix et voisinage… autant de sujets tabous que les Français n’osent pas aborder lors d’une visite. Lors d’un achat, encore plus que les hommes, les femmes aimeraient  oser interroger les propriétaires sur les vices cachés (50% versus 43% chez les hommes), la négociation possible du prix (46% versus 42% chez les hommes) et les voisins (44% versus 38% chez les hommes). À noter que les plus âgés aimeraient davantage se renseigner sur le bruit alentour (quartier bruyant : 46%; voisins bruyants : 47%) et que près d’un tiers des 18-34 ans s’interrogent quant à l’insonorisation des chambres sans jamais oser le demander !

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée